Fatigue chronique, fibromyalgie, dépression, Alzheimer… Et si ces maladies étaient dues à une intoxication aux métaux lourds ? C’est la thèse que défend Françoise Cambayrac dans son livre Vérités sur les maladies émergentes, pour avoir expérimenté elle-même une contamination au mercure. En cause, notamment, nos amalgames dentaires qui nous empoisonneraient au quotidien. Elle a répondu à nos questions sur ce qu’elle considère être une pollution qui ne dit pas son nom. Plombages au mercure : des accusations de toxicité Utilisés depuis presque deux siècles, les plombages ou amalgames d'argent sont composés d'argent, de cuivre, de zinc, d'étain et de mercure (et non de plomb !). Ils ont été pendant longtemps la seule technique pour combler les dents cariées.. contre angle. à moindres frais qu'avec de l'or ! Néanmoins, ce matériau solide et peu coûteux est aujourd'hui tombé en désaffection. Ainsi, depuis quelques années déjà, plusieurs pays européens - Danemark, Autriche, Suède ou encore Norvège - ont interdit l'utilisation du mercure dans les amalgames dentaires. Un principe de précaution face aux accusations de toxicité portées à l'encontre du mercure contenu dans les plombages, soupçonnés de tous les maux : maladie d'Alzheimer, fibromyalgie, problèmes rénaux, etc. En 2005, l'Afssaps avait en effet montré que les concentrations de mercure chez les personnes ayant des amalgames étaient supérieures à celles qui n'en avaient pas. Ces doses restaient cependant bien en dessous des doses toxiques. L'amalgame d'argent peu à peu abandonné Néanmoins, les plombages classiques contenant du mercure sont en passe d'être abandonnés. On considère que moins de 25% des nouvelles obturations dentaires sont encore réalisées avec des amalgames au mercure. Trois quarts des obturations sont donc désormais conçues avec de nouveaux matériaux, principalement des composites (à base de résines et de particules de céramique) ou des verres ionomères. La pose de matériaux céramiques fabriqués hors de la bouche est également une alternative intéressante mais qui reste aujourd'hui coûteuse. Quels sont les avantages des nouveaux matériaux ? Tous ces matériaux présentent un avantage esthétique non négligeable puisqu'ils autoclave dentaire sont de la couleur des dents. Ils permettent aussi d'éviter les sensations désagréables liées au chaud, au froid ou au contact d'un autre métal, parfois ressenties à cause des amalgames au mercure. De plus, ces matériaux pour plombages sans mercure sont adhésifs : ils exercent donc un effet renforçateur sur la dent réparée. Aujourd'hui, les plombages au mercure sont donc principalement réservés à l'obturation de cavités de grande taille. Seul bémol : les matériaux de plombage composites auraient tendance à retenir plus facilement la plaque bactérienne. Mais une bonne hygiène dentaire suffit à contrer ce désagrément. Un brossage régulier et le passage quotidien d'un fil interdentaire permettent par ailleurs de prévenir les caries... et donc d'éviter au maximum les obturations. Plombage au mercure : pas de panique Et pour ceux qui ont déjà des amalgames au mercure, rappelons qu'il n'existe aucune preuve de toxicité justifiant de les enlever. Au contraire : cette intervention pourrait libérer inutilement une quantité importante de mercure dans l'organisme ! À moins que vous ne soyez un chanteur d'opéra désireux d'afficher une dentition parfaite jusque dans les moindres recoins, vous pouvez donc continuer à cohabiter en bonne entente avec vos plombages !