Les personnes atteintes de diabète doivent tout particulièrement se méfier des caries, gingivites et parodontites. Ces problèmes dentaires résultent souvent d’un déséquilibre lié à la maladie qui peut avoir des conséquences lourdes. On appelle ça les complications dentaires liées au diabète. Sans une certaine vigilance, cela peut entraîner une infection buccale généralisée, la perte de dents… et on néglige parfois le problème. Vous pouvez vérifier plus de lampe à photopolymériser sur matériel dentaire.

Conséquence d'un suivi bucco-dentaire très insuffisant chez les diabétiques de type 2, la maladie parodontale s'avère fréquente dans cette population, démontrent les résultats d'une enquête de l'Union régionale des caisses d'assurance maladie (Urcam) Ile-de-France sur la santé gingivale des patients diabétiques. En Ile-de-France, 1.812 patients diabétiques examinés par les chirurgiens-dentistes-conseils de l'assurance maladie ont fait l'objet d'une étude.

 

Si l’on sait depuis plus de 40 ans que les maladies parodontales sont liées au diabète, il existe en fait un véritable cercle vicieux entre ces deux affections. «La première favorise l’apparition de la seconde, mais la seconde favorise le déséquilibre en insuline.»

 

Comment éviter ces complications? «D’abord en se brossant les dents méticuleusement deux fois par jour, deux minutes minimum. Il est également recommandé d’utiliser du fil dentaire chaque soir, pour nettoyer les zones qui ne sont pas accessibles à la brosse.» Si un diabétique est atteint d’une maladie parodontale, il devra en revanche se brosser les dents après chaque repas.

 

L'examen clinique des 1.812 patients a révélé que plus de la moitié présentent une maladie parodontale avec un risque de perte des dents et 45% signalent une sécheresse buccale. On constate au moins une dent absente non remplacée dans 60% des cas, du tartre dans 55% des cas, une inflammation gingivale chez 45% et au moins une dent mobile pour 28%. Par ailleurs, 34% de ces patients ne consultent qu'en urgence et 14% n'informent pas leur chirurgien-dentiste de leur pathologie diabétique.

 

Enfin, plus de 50% des patients diabétiques interrogés ne sont pas informés de la nécessité d'un suivi régulier de leur état de santé bucco-dentaire, montre l'enquête. Face à ces constats, l'Urcam Ile-de-France préconise la mise en place d'un programme d'interventions destiné à sensibiliser professionnels de santé et patients à un meilleur suivi bucco-dentaire et à promouvoir l'intégration précoce des pathologies dentaires dans le traitement global du diabète. 

 

Santé des dents: 3 lecteurs témoignent