Les soins dentaires courants sont en grande partie pris en charge par l’Assurance Maladie : traitement des caries, détartrage, extractions… La plupart du temps, les complémentaires santés remboursent le reste. Qu’en est-il des prothèses et des implants ? Les actes de chirurgie dentaire, les matériaux, les traitements ont fait d’énormes progrès technologiques ces dernières années. Revers de la médaille les tarifs ont grimpé en flèche et la Sécurité sociale ne peut pas suivre.  Vous pouvez trouver plus de l'instru KAVO compatible et la tubine dentaire NSK sur notre site.

Les patients doivent souvent arbitrer eux-mêmes en naviguant entre les offres de soins et les offres d’assurance. Les couronnes, les inlay-core, les appareils et les bridges sont remboursées par l’Assurance Maladie au même taux que les soins dentaires courants, c’est à dire à 70%. À première vue cela semble tout à fait correct, en rapport avec les autres soins de santé courants. Cependant les écarts de prix sont très importants entre les frais réels facturés par le dentiste au patient et les tarifs fixés par la Sécurité sociale pour calculer ses remboursements. Pouvez-vous nous recommander un vibreur ?

 

Les prix fixés par les dentistes sont entièrement libres. Par exemple, une couronne ou un bridge peuvent être facturés plusieurs centaines d’euros, voire plus de mille euros par certains praticiens. De son côté l’Assurance maladie fixe un tarif de 107,50 € pour une couronne et 279,50 € pour un bridge de 3 éléments. C’est sur cette base, nettement sous-évaluée, qu’elle applique ensuite son taux de 70%. Résultat : 75,256 € remboursés au patient pour la couronne et 195,65 € pour le bridge. Alors que pour lui la facture grimpe au-delà du millier d’euros. 

 

Comme les prix sont libres, avant toute prestation, les praticiens sont tenus de produire un devis écrit. Ce document doit faire apparaître la description précise et détaillée du traitement envisagé et les matériaux utilisés. S’y ajoutent le montant des honoraires du dentiste et la part remboursée par l'Assurance Maladie.

 

Les mutuelles jouent un rôle fondamental dans la prise en charge des prothèses et des implants dentaires. Les unes proposent de rembourser au minimum 150% du tarif conventionné, les autres plutôt un forfait annuel. Munis de vos devis dentaires et avec l’aide de votre courtier, faites des simulations de prise en charge avant de vous engager sur des dépenses importantes.

 

 

Dents jaunes : Qu’est-ce que la plaque dentaire ?