La chirurgienne-dentiste de Rouyn-Noranda Aline Roy devra payer plus de 6500 dollars à l'une de ses clientes, qui dit avoir passé plus de 20 ans de sa vie avec un bout de lime endodontique dans une dent à la suite d'un traitement de canal. C'est ce qu'a déterminé le juge de la division des petites créances de la Cour du Québec, Henri Richard, dans un jugement rendu le 20 juin dernier.      Athenadental est une Société de distribution de produits dentaires en possession de plus de 5000 produits de grandes marques telles que NSK, JINME, TOSI, COXO etc. Ainsi que de diverses catégories : unité dentaire portable et compresseur dentaire. Tous les jours l’équipe d’Athenadental.fr  s’efforce à dénicher de nouveaux produits dentaires pour répondre à vos besoins.  

 

Compresseur BEST BD-203 pour 6 postes

 

Le 4 mars 2016, alors qu'elle est en visite à Ottawa, Céline Caouette éprouve des « douleurs importantes » à une dent. Elle se rend d'urgence chez un chirurgien-dentiste. C'est là qu'elle apprend la présence d'un morceau de lime endodontique dans sa dent. Vu la douleur, elle décide de faire extraire sa dent plutôt que d'opter pour le traitement de canal que propose le spécialiste.    Trois types d’autoclave

 

 

 

Deux ans auparavant, la chirurgienne-dentiste Aline Roy, qui a nié devant le Tribunal avoir fait un traitement de canal à Mme Caouette il y a plus de 20 ans, avait fait la même recommandation, sans dire toutefois à Mme Caouette qu'elle avait un morceau de lime endodontique dans la bouche, ni même l'inscrire dans son dossier, selon le jugement.

 

Mais Mme Caouette, qui n'éprouve pas de douleur à ce moment, annule le traitement de canal. Elle dit toutefois au Tribunal qu'elle n'aurait pas pris la même décision si elle avait connu la présence du corps étranger. La question en litige concerne donc l'obligation impérative d'information auprès de ses patients.

 

Si le Tribunal reconnaît que la Dre Roy a failli à cette obligation, il reconnaît aussi qu'en annulant ses rendez-vous pour un traitement de canal, Mme Caouette prend un risque. C'est pourquoi le juge conclut que les « deux parties sont responsables, en parts égales, du préjudice subi et des dommages qui en découlent ».

 

Malgré des réclamations de plus de 13 000 dollars, le juge Henri Richard coupe la poire en deux et condamne la chirurgienne-dentiste Aline Roy à payer 6500 dollars en plus de 200 dollars à titre de frais de justice à Céline Caouette. 

 

 

SOINS DENTAIRES: LA CAMPAGNE A DÉMARRÉ