Le "dentiste de l'horreur", un Néerlandais soupçonné d'avoir mutilé des dizaines de patients quand il exerçait dans le centre de la France, "sera présenté ce (jeudi) soir à un juge d'instruction de Bourges", a-t-on appris de source judiciaire. Mark van Nierop, 50 ans, également surnommé par les médias le "dentiste boucher", a été extradé par les Pays-Bas et était en route pour Bourges jeudi après-midi, a-t-on indiqué au parquet de Bourges. La justice néerlandaise avait confirmé peu avant Noël dernier son feu vert à l'extradition.  Quand vous souhaitez savoir beaucoup, vous pouvez chercher plus de Turbine dentaire sur www.athenadental.fr

Après une première décision du tribunal d'Amsterdam en novembre, Mark van Nierop, 50 ans, avait contesté son extradition en référé. Il assurait qu'il ne pourrait recevoir en France les mêmes soins psychiatriques qu'aux Pays-Bas.  Il disait souffrir de "problèmes psychologiques", dont des "problématiques d'identité sexuelle et tendances suicidaires" nécessitant un traitement particulier qui était disponible uniquement aux Pays-Bas selon lui.

 

Le "dentiste de l'horreur" est soupçonné de maltraitances, escroquerie et fraude. Recruté par un chasseur de tête néerlandais, Mark van Nierop s'était installé en novembre 2008 à Château-Chinon, dans la Nièvre (centre), la région étant un "désert médical". Certains de ses 2.800 patients ont souffert, après ses soins, de troubles allant "d'un début de septicémie à l'infarctus, en passant par toutes sortes de problèmes dentaires", selon le collectif de victimes. Les médias néerlandais ont également fait état de dents saines arrachées sans raisons valables ou de facturations abusives.

 

En infraction de son contrôle judiciaire, il s'était rendu au Canada en décembre 2013. La justice française avait alors lancé un mandat d'arrêt international et le dentiste avait été interpellé début septembre. Lors de son arrestation, il avait affirmé avoir tué sa seconde épouse en 2006 aux Pays-Bas et avait donc été extradé vers son pays d'origine. "Il était très disponible au départ et il pouvait vous accorder un rendez-vous du jour pour le lendemain à 7H30 le matin", a témoigné Gérard Martin, le mari d'une victime. Avant de se faire oublier et de s'installer en France, le dentiste était poursuivi aux Pays-Bas pour des faits similaires.

 

 

Effets du tabac sur la santé bucco-dentaire